Pas de pied, pas de cheval !

Comme le dit l’adage : pas de pied, pas de cheval ! Tout comme pour nous, marcher devient un exercice beaucoup plus compliqué lorsque les pieds sont blessés… alors n’imaginez même pas fournir un effort plus intense ! En effet, … Lire la suite

Myopathie Atypique

Message de Cheval Santé:

Myopathie atypique: ALERTE et PREMIER BILAN

A la date du 12 novembre 2013, le RESPE a recensé 45 cas compatibles avec le diagnostic de la Myopathie Atypique : 3 cas dans les Ardennes (08), 1 cas en Côte d’Or (21), 5 cas dans l’Eure (27), 1 cas dans la Loire (42), 1 cas en Haute Loire (43), 1 cas dans le Maine-et-Loire (49), 2 cas en Mayenne (53), 1 cas en Meurthe-et-Moselle (54), 2 cas dans le Morbihan (56), 12 cas dans l’Oise (60), 3 cas dans l’Orne (61), 3 cas dans le Pas-de-Calais (62), 2 cas dans le Bas-Rhin (67), 3 cas en Seine-et-Marne (77) et 5 cas dans le Val-D’oise (95).

Vous trouverez ci-dessous le message d’alerte de l’AMAG :
 » Les conditions climatiques saisonnières sont propices à l’émergence de cas de myopathie atypique. Aujourd’hui nous savons que la toxine responsable de la myopathie atypique est présente dans les graines de certains érables dont l’Acer pseudoplatanus (= érable sycomore) (http://www.myopathieatypique.fr/etiologie/). Donc, il est primordial d’éviter que les chevaux les ingèrent. Avec le changement de température, les graines commencent à tomber et le risque d’intoxication est important. Dans la limite du possible, il faut limiter l’accès aux pâtures qui contiennent des érables. Dans le lien ci-dessous, vous trouverez des informations (en français) relatives à la myopathie atypique. Attention, le vent disperse les graines : il est important de parcourir votre prairie pour vous assurer qu’elle n’en contient pas »

Visite chez Mr Sachsé

La semaine dernière, je me suis rendue à Tourly (60) où j’ai assisté à un cours donné par Mr Sachsé dans un très joli cadre (très beaux bâtiments) entouré de verdure. 🙂

Le jeune Destinado (PSL de 5 ans) était au travail avec son propriétaire et tout était question d’équilibre du cavalier (normal, jusque là)…

Les résultats des légers reports de poids du corps étaient clairement visibles, et quasi-instantannés, dans la fluidité de déplacement du cheval : avec un cavalier ayant trouvé sa place et ne le gênant pas, il lui était plus aisé de « monter » son dos et son allure était plus légère et souple.

Même si les ouvrages des « Anciens » parlent bien-sûr d’équilibre et de la précision (tout en souplesse) des actions du cavalier, les résultats en live sur un jeune cheval qui n’a pas encore un dos très musclé,  c’est encore mieux!

Séance très intéressante!

Destinado